L'histoire de Lucenay-en-Vallée

En 1793, la commune de Gennetines a été formée par la réunion des deux paroisses de Gennetines et de Lucenay-en-Vallée

(Arrêté du 29 septembre 1794  -16 thermidor an 2 de la République -  par le représentant du peuple Fouché).

 

Nous allons étudier la paroisse de Lucenay-en-Vallée à travers l'état civil, qui va de 1690 à 1793, tenu par les curés de cette paroisse.

 

 

 

• Evolution de l’orthographe du nom de la paroisse, en parallèle avec le nom du curé.

 

Date Curé Diocèse Orthographe de Lucenay
1690 - 1697 ROUHET Baillage d'Autun Lucenat-en-Valet
1697 - 1720 PERONNEAU  

Lucenat-en-Vallet

Lucenay-les-Vallées

1720 - 1732 BUTIN    
1732 - 1736 LAUDAYS Présidial de Moulins Lucenat-en-Vallée
1736 - 1743 CUHADET   Lucenay-en-Vallet
1743 - 1745 ANGOILLE    
1745 - 1766 DUPIEUX   Lucenay-en-Vallée
1766 - 1792

DUPONT Antoine

Non assermenté, déporté

  Lucenay-en-Vallée
1793 ADAM (curé de Gennetines*)    

 

* à la demande de Michel DINET, maire de Lucenay-en-Vallée, n'ayant personne qui sache écrire dans la commune.

 

 

 

• Composition de la paroisse :

 

- Eglise sous le vocable de Saint-Barthélemy (emplacement de la maison de Madame COURMONT) et presbytère ;

 

- Domaines :

Les Thureaux - La Brosse ou La Brosse de Mesle - Les Péchins - Les Milets (dénommés également Les Lantats ou le domaine de Lucenay) - Les Bordes - La Chaume

 

 

Remarque : Pigauds - Le domaine de la Bourasse et le Château des Bordes n'existaient pas.

 

 

 

• Description des locaux en 1793 (vente de biens nationaux)

 

· Les Péchins : propriétaire COIFFIER du DEMORET (émigré), 10 novembre 1793

 

- Une maison de laboureur : 2 pièces dont une a cheminée plus le fournil construite en brique et colombages couvert en tuiles.

 

- Une grange et les écuries construits bois et torchis couverts à paille, tous les bâtiments sont en mauvais état ;

 

- Locataires : BOURDIER  Barthélémy, laboureur et ses journaliers REIGNER - BARRAUD - GUERRE et leurs familles, total 8 adultes et 4 enfants.

 

 

· Les Milets : propriétaire COIFFIER du DEMORET (10 novembre 1793)

 

- Une maison : 3 pièces à cheminée construite en bois, briques et torchis, couverte en tuiles en mauvais état, sol terre battue

 

- Une grange

 

- Locataires : PERONNET Jean, laboureur et les journaliers avec les familles : CLOUET et COUSSOL, total 6 adultes et 4 enfants.

 

 

· Les Bordes : propriétaire MARIE GIRAUD DES ECHIROLLES (condamnée 12 novembre 1794)

 

- Une maison : 3 pièces à feu et 3 "cabinets" attenant une petite pièce et l'écurie des chevaux. En retour, le fournil et une pièce, grenier sur le tout et cellier sous une des chambres.

 

- Une maison : 1 pièce à cheminée et 2 petites pièces.

 

- 2 granges : une pour le maître et une pour le laboureur.

 

- les écuries à bœufs et à vaches plus un bâtiment de 3 écuries. Construction en bois "marellée" (colombage) briques et torchis couverts de tuiles en mauvais état.

 

- Locataires : GRUET Barthélemy, laboureur et journaliers BESSON et PACAUD et leurs familles plus une famille de tailleur d'habits : CANTE, total 8 adultes et 4 enfants.

 

 

· La Chaume : Propriétaire Marie GIRAUD DES ECHEROLLES (08 juillet 1792)

 

- Une maison : 2 pièces, 1 "cabinet", 1 appentis attenant.

 

- Ecurie des bœufs, 1 fenil, 1 grange et 1 pièce s'y attenant avec grenier plus 1 bâtiment composé de 3 écuries et la petite pièce du four. Construit à colombage, briques et torchis, la grange et le four couverts de tuiles, le reste en paille, le tout en très mauvais état.

 

- Locataires : BARRAUD et LABORDE avec leurs familles, total 4 adultes et 4 enfants.

 

 

Remarques :

 

- Tous les domaines avaient :

Puis, cour, jardin, chènevières, aisances, sol en terre battue.

 

- Les Thureaux : Propriétaire DEBOIS DE SALBRUNE lieutenant de la sénéchaussée,

  La Brosse : propriétaire : communauté familiale agricole des Mesles de Saint-Ennemond, 

  Nous n'avons pas trouvé de documents relatifs à ces deux domaines.

 

 

 

• Démographie :

 

Date Naissance Mariage Décès
1690 - 1668 30 7 36
1706 - 1715 9 7 18
1720 - 1730 30 12 33
1731 - 1740 27 13 33
1741 - 1750 25 4 21
1751 - 1760 34 11 20
1760 - 1770 24 5 17
1771 - 1780 17 5 15
1781 - 1790 36 14 32
1991 - 1793 8 2 5
Total 240 80 230

 

 

Remarques :

 

- Sur 103 années, l'augmentation de la population n'est que de 10 personnes.

 

- Etude des décès :

 

Tranche d'âges Nombre Part (en %) Commentaire
De 0 à 2 ans 99 41,25% 52,08%
De 2 à 4 ans 26 10,83%
De 4 à 10 ans 14 5,83%  
De 10 à 30 ans 25 10,41% Dont 11 jeunes femmes après naissance
De 30 ans et plus 76 31,66%  

 

 

 

• Evolution des familles par domaine :

 

· Les familles les plus importants furent :

 

- Les BICHONNET aux Millets

- Les CAILLOT aux Péchins

- Les PERONNET à la Brosse

- Les GIRARDS et les LEVEQUE aux Thureaux

- Et surtout les LETENDU aux Bordes qui y vécurent 1693 à 1790

 

· Les filles se mariaient jeunes, de 13 à 25 ans, les garçons plus vieux, à partir de 20 ans, en majorité entre famille de la paroisse, car il fallait une autorisation du curé pour se marier dans une autre paroisse.

Il y avait parfois des mariages consanguins (une dispense a été demandée au pape).

Les veufs ou veuves se remariaient très vite après le décès du conjoint (3 à 6 mois), souvent avec des personnes d'une autre paroisse (Chézy, Villeneuve, Thoury, Saint-Ennemond, Lucenay-les-Aix). Une veuve de 50 ans, remariée à un homme de 26 ans, a fait encore 2 enfants.

 

· Aucun divorce prononcé.

 

 

Remarque :

 

Tous étaient laboureurs ou journaliers, seule la famille DEMOUX de la Brosse était propriétaire.

 

 

 

• La commune de Lucenay-en-Vallée

 

Créée : le 4 février 1792

Maire : Dinet Michel, habitant La Brosse de Mesle

Officier municipal : Péronnet Philippe

Rattachée à la commune de Gennetines le 29 septembre 1793, par le représentant du peuple Fouché.

 

 

Remarque :

 

A cette époque, le maire de Gennetines était Gabriel François SALLE (ancêtre de madame de Sampigny), arrêté à Chevagne et guillotiné à Paris, le 8 Thermidor an II, la veille de la chute de Robespierre.

 

 

 

• Anecdotes :

 

- Sur 103 années d'état civil, aucun habitant de la paroisse ne savait écrire

 

- Relevé sur l'état civil : les fiançailles sont célébrées, en face de l'église après la messe, environ 1 mois avant le mariage

 

- Le 2 mars 1779 : "Les habitants de la paroisse de Lucenay-en-Vallée, au nombre de 39 personnes de l'un et de l'autre sexe ont reçu le sacrement dans l'église paroissiale de Gennetines, de Monseigneur l'Evêque d'Apt, ancien vicaire du diocèse d'Autun au district de Moulins, lequel était assisté de M. Adam curé de Gennetines, M. Coupère de Chézy, M. Salomon curé de Trévol, M. Dupieux curé de Beaulon et de soussigné M. Dupont curé de Lucenay-en-Vallée".

 

- Le dernier acte du curé Antoine Dupont est l'inhumation de Laborde Antoinette (2 jours), le 28 février 1792. N'ayant pas prêté serment à la révolution, il fut déporté et nous avons perdu sa trace.

 

- En 1800, vente de l'église de Lucenay-en-Vallée, pris sur le registre des ventes des presbytères et églises, pour un montant de 1010 livres, le presbytère pour 5502 livres.

 

Acheteur DUPUY Jean Baptiste de Moulins (ce même Dupuy a acheté dans le département de l'Allier pour 1 431 900 livres de biens nationaux dont l'église de Gennetines pour 18 000 livres).

 

 

 

Sources : AD - Etat Civil de Lucenay-en-Vallée

Q 1499 - 1563 - 1564

L 22A - 40B - 41A - 77B

 

 

Histoire écrite par M. Michel Mauve et M. Raymond Malbrunot (parue dans le bulletin municipal 1999).